Newsletter Jubilatio – 20 mai 2016

vous invite le

 Vendredi 20 mai à 19h30

à la crypte de St. François de Sales.

Louange, adoration et témoignage sont au programme de la soirée!

Simon sera présent pour nous parler de son récent Baptême! 

N’oubliez pas d’apporter quelque chose à manger pour notre temps de partage en fin de veillée!

NOUS VOUS ATTENDONS NOMBREUX!

Le noyau Jubilatio

Témoignage de Samuel: un jeune converti entre en Église Catholique

16 avril 2006. Après plusieurs années d’études avec mon ami, pasteur et parrain Momo je fais le pas et reçois le baptême. Je suis tout enthousiaste, Dieu est présent dans ma vie et je le sens qui m’accompagne et me guide. J’accepte tout de suite la proposition de Momo de l’aider dans son travail d’accompagnement des jeunes du cycle et des futurs confirmants. Je consacre une bonne partie de mon temps libre pour l’aider dans cette tâche. Alors que tout va pour le mieux, des conflits paroissiaux déchirent la communauté et Momo se voit dans l’obligation de quitter la paroisse. Dégoûté par ces hommes qui parlent d’Amour mais qui n’ont que haine dans leur coeur je quitte la paroisse. Perdu, je reste seul, sans communauté, avec comme seule “armes” ma Bible, ma foi et la prière.

Je me mets à chercher une nouvelle communauté. Un ami m’introduit à un groupe de chrétiens évangéliques qui est en train de “monter” une église à Thônex. Leur Amour pour Dieu est sincère et brulant. La fraternité qui les unit est vraie et forte. Tout de suite je m’attache à eux. Ils sont pour moi une oasis ou je retrouve le goût de la vie chrétienne et communautaire. Je commence à fréquenter régulièrement l’église, à chanter dans leur groupe et à participer à leurs activités.Pendant cette période, je commence la Médecine à la Faculté de Genève. Là bas, je rencontre Andrew. Andrew est le fils d’un prêtre copte. Il est animé d’une foi pure, sa dévotion et sa crainte de Dieu est totale. Nous créons un groupe de prière à la Faculté qui regroupe des chrétiens de diverses confessions. Impressionné par son Amour pour Dieu, j’accepte tout de suite son invitation lorsqu’il m’invite dans sa communauté. Très vite, je m’attache fortement à sa communauté. Son père me donne beaucoup de conseil et m’enseigne certaines vérités au sujet de Dieu et de la foi. Alors que je voyais Dieu comme un pote et que je voyais l’Eglise comme quelque chose de spontané, ill me fait prendre conscience de la Souveraineté de Dieu et des 2000ans d’histoire et de traditions de l’Eglise. Pendant cette période beaucoup de chose changent dans ma relation à Dieu mais Andrew rate son année, moi je passe, et petit à petit je m’éloigne de lui et de sa communauté. Je recommence à errer.

A ce moment je me retrouve à nouveau sans communauté fixe, je vais voir tout et n’importe quoi et prend ce qui est bon. Evangéliques, protestants ou catholiques à cette époque pour moi tout est bon. Je vais d’église en église et je découvre les qualités et les défauts de chacun. Je vais d’église en église et commence à cerner les particularités de chaque communauté. C’est à ce moment que, je participe à un groupe de prière avec les étudiants de Théologie de la Faculté de Genève dont le leader n’est autre qu’un ami que je connais depuis 10ans qui est fils de pasteur. Les moments de partages sont très intéressants, très convivial et très agréable. Là aussi, des chrétiens de toutes les confessions se retrouvent pour louer Dieu et approfondir la connaissance de sa Parole. De fil en aiguille, il m’invite dans sa communauté et j’accepte. L’Amour et l’Esprit y sont présents mais la profondeur théologique reste limitée. J’ai plusieurs débats, parfois très intéressants, parfois stériles au sujet de la science, de la théorie de l’évolution ou encore au sujet de la création de la terre. Je sens bien que lorsque je parle de cela certains préfèrent rester dans l’ignorance que de remettre en question leur connaissance et leur foi. Malgré tout je participe à la vie paroissiale et commence à m’investir dans cette église. Tout semblait rouler à merveille et tout semblait calme mais c’est là que tout a commencé à basculer.

Un jour, alors que je passais devant la paroisse de St-François, je sens que Dieu me dit d’aller me confesser. (Bien que protestant de formation, j’ai souvent senti ce besoin ainsi que celui de prier notre mère à tous la Vierge Marie.). Un frère m’ouvre et je lui dis que je veux me confesser. Il semble un peu étonné mais me fait rentrer. Il s’assied en face de moi et avant de me donner le sacrement, il me pose quelques questions pour savoir qui je suis et d’où je viens. Je lui raconte mon histoire. Là il m’explique que je ne peux pas me confesser car je ne suis pas catholique. Je lui répond que Dieu n’est pas polygame et que toutes les Eglises chrétiennes n’en forme qu’une en Jesus-Christ. C’est le début d’une discussion très animée. Je lui dis tout ce que j’ai sur leur coeur au sujet de l’Eglise catholique, du Pape, des Saints, de Dieu etc…A chacune de mes questions il répond avec tempérance et Amour. J’essaye de le “piéger” mais à chaque fois il trouve une réponse “juste”. Lors de cette joute verbale, je lui dis que “de toute façon les catholiques ne savent pas louer et seul les évangéliques savent vraiment le faire”. Il sourit tendrement et me parle du groupe de Jubilatio. Curieux, je lui dis que je suis intéressé. Nous prions ensemble, et sur ma demande avant de partir il me prête le catéchisme des évêques de France pour adultes. Je rentre chez moi interpellé par cette rencontre. Je commence à lire et suis étonné de la profondeur théologique, de la simplicité et de la justesse du livre qu’il m’a prêté. Le vendredi approche, occupé à d’autres activités je ne me rend pas à Jubilatio. Cependant vers 22h00 je décide d’y aller quand même et me rend à la crypte. La louange est terminée et tout le monde est à l’apéritif. Le frère m’aperçoit et me reçoit avec joie. Nous discutons à nouveau de l’Eglise et je lui pose des questions sur le marxisme, doctrine que j’affectionnais beaucoup. A nouveau la justesse de ses réponses me touchent. Après cette discussion je m’aprête à partir mais les jeunes recommencent à louer. Je constate que les catholiques n’ont rien à envier aux évangéliques en ce qui concerne la louange. Je reste prier et louer et là BADABOUM! Je sens que Dieu me couvre d’Amour et que son Esprit m’enflamme. Il met le doigt sur certaines de mes erreurs et me dit aussi que les protestant bien qu’enfants de Dieu sont victimes de leur pêché de division et que c’est pour cela que les églises se multiplient et se divisent perpétuellement. Après cette gifle monumentale, je rentre chez moi non sans laisser mon e-mail à Céline qui me rajoute à la mailing-list du groupe Jubilatio.

Pendant les 6 mois qui vont suivre, je ne retournerai plus à Jubilatio mais seul, en prière et en lecture, je réfléchis sur l’Eglise Catholique. Je me surprend malgré moi à la défendre face à certains de ces délateurs. Je me surprends également à défendre le Pape alors que je l’ai toujours considéré comme un inutile bonhomme qui se prend pour ce qui n’est pas. Je me décide à lire une de ses encycliques (Caritas in Veritae) pour voir ce qu’il dit et ce qu’il pense. Et la BADAMOUM! une nouvelle gifle. Son encyclique parle de la société, son analyse politique et sociale est incroyable et je comprends alors que j’étais dans l’erreur avec mon interprétation des faits sociaux à travers le filtre de l’idéologie marxiste. Le temps passe et je reçois les mail de Jubilatio mais sans vraiment y faire attention. Puis un jour, alors que j’ai prévu d’aller à Lisbonne pour quelques beuveries entre étudiants de médecine je reçois une invitation de Jubilatio pour participer à une retraite dans les Voirons. Ni une, ni deux, sans vraiment comprendre pourquoi, j’annule mon week end prolongé à Lisbonne et je m’inscris à la retraite. Je ne regretterais jamais cette décision…

Le vendredi 18 novembre, avant le départ, je participe à la veillé de louange et d’adoration de Jubilatio. Je me sens bien, l’Esprit de Dieu est là, je le sens. Durant la soirée je fais la connaissance de plusieurs personnes je sens un Amour profond et fraternel pour eux. Le lendemain c’est le grand jour, le week end commence. Je monte en voiture avec des inconnus et arrive en haut avec de nouveaux amis. La haut le temps est fabuleux, le ciel est dégagé et nous voyons les Dents du Midi et le Mont Blanc parfaitement. A peine descendu de voiture, nous prenons nos quartiers au monastère. Dans ma cellule, la Bible est ouverte à la page d’Ecclésiale 38. Etant étudiant de Médecine, je me réjouis de ce clin d’oeil de l’Eternel qui me confirme que j’ai fait le bon choix en annulant mon voyage pour participer à la retraite.
Lors de ce séjour, les moments de prière, de louange, d’étude et d’adoration se succèdent et je me sens de mieux en mieux.
La nuit tombe et nous nous retrouvons à la chapelle pour la veillée. Lors de la louange, quand je ferme les yeux, me vient une image. La Vierge m’entoure de ses bras avec douceur comme une mère prend son bébé. Soudain des attaques fusent sur moi mais avec force Elle utilise son corps pour me protéger et les attaques se brisent et éclatent contre Elle. Un peu décontenancé, je me mets à l’arrière de la salle et continue à prier et à louer mais cette image revient à chaque fois que je ferme les yeux.
Plus tard dans la soirée, le Frère Benoît Charbel me confesse, je demande pardon pour mes actes passées, notamment pour mes critiques de l’Eglise, du Pape et de la Vierge. La soirée se poursuit et je participe à la veillée d’adoration, je sens que Dieu me prend dans ses bras et qu’il me pardonne pour tout ce que j’ai fait. Son Amour me remplit et son Esprit me guérit. Le lendemain j’ai pris ma décision, j’entrerai définitivement dans l’Eglise catholique. Je témoigne non sans émotions devant les frères et les soeurs. Je me sens libéré. Nous redescendons en fin de soirée mais quelques doutes subsistent. Ma copine (Manon) avec qui je vis n’est pas chrétienne et je ne sais pas si je pourrais continuer à vivre avec elle si je veux approfondir ma relation avec Dieu. Je remets cette situation à Jesus et lui demande de s’en charger (je l’ai fait depuis le début de ma relation avec Manon). Je rentre à la maison, je range, je fais la vaisselle et prie un peu. Manon rentre, et après quelques secondes, elle fond en larmes et me dit qu’elle a reçu l’Amour de Dieu, qu’elle a compris que tout est futilité, et que seul Dieu vaut la peine. Elle passera toute la nuit à prier sans pouvoir s’arrêter. A l’heure où j’écris, nous prions ensemble matin et soir et avons pris la décision de nous inscrire au catéchisme pour adulte. Je sais que plus rien ne sera comme avant. Que le plus dur reste à venir. Mais avec Dieu rien n’est impossible et rien ne peut nous ébranler de qui aurions nous peur?

Avec Tout mon Amour en Christ

Samuel

Remerciement à ma mère et ma grand-mère qui m’ont introduit à la foi et à Momo, Xavier et Marie-Laure qui m’ont toujours aidé quand j’avais des moments de révolte et de doute.

Vendredi 4 mars les soeurs contemplatives révèlent le secret de leurs bonheur au Jubilatio !!

Chers Jeunes,

Nous vous attendons, exceptionnellement, à la Chapelle du 30 Rue de Candolle pour une soirée de Prières, de Louanges, d’Amitiés…

Nous aurons le témoignage exceptionnel et exclusif d’une Sœur Contemplative (une des trois branches constituant la Congrégation Saint Jean).

Pour ceux qui ont peur de se perdre, une équipe vous attendra sur le parvis de l’Eglise Saint-François de Sâles à 19h20 pour vous mener à bonne destination.